Un nouvel ouvrage de Pascal Picq

Il est toujours agréable, quand on a accueilli un conférencier, et qu’il a fait « salle pleine », de revenir sur l’actualité de ses publications.

Dans le cadre des conférences «Enjeux et Perspectives», le samedi 18 janvier 2020, Pascal Picq, paléoanthropologue, ancien enseignant au Collège de France, a présenté au château Saint-Antoine, avec Alain Graesel, Ancien Grand Maître de la Grande Loge de France, une conférence sur le thème:
Intelligence artificielle et transhumanisme, opportunités ou menaces?

Pascal Picq présente maintenant son dernier livre Et l’évolution créa la femme (Odile Jacob, 2020). Nul doute que toutes celles et tous ceux qui l’ont apprécié lors de sa conférence seront heureuses et heureux de le retrouver dans ce livre.

Dans ce livre, il ne se contente pas de présenter ce que l’on sait des rapports entre hommes et femmes dans les premières sociétés humaines, il entend placer l’histoire et la préhistoire humaines dans la perspective de l’évolution. Pour embrasser le passé évolutif, il faut élargir le regard: explorer le passé, mais aussi comparer l’humain à ses plus proches cousins, singes et grands singes. Car nos points communs avec les espèces apparentées ne sont pas seulement biologiques, ils concernent également les comportements et la vie sociale, et jusqu’aux rapports entre les sexes.
(Extrait de la présentation du livre sur le site de l’éditeur)

Les œuvriers des cathédrales

Cette conférence, accompagnée de la projection de nombreux documents iconographiques, proposait de revisiter les chantiers de cathédrales afin de mieux comprendre tous les enjeux liés à l’édification de ces monuments extraordinaires.
De la mise en place du chantier au choix du maître d’œuvre, en passant par les diverses phases préparatoires (financement, choix du site et des matériaux, etc.), jusqu’au jour de la consécration de l’édifice terminé, le conférencier invita le public à découvrir la diversité des métiers associés au levage de la cathédrale (métiers du bois, du fer et de la pierre, etc.) et à partager la vie quotidienne des oeuvriers sur un chantier qui défiait le temps.
Au-delà de la fonction religieuse de l’édifice, il s’agit également de découvrir des aspects trop souvent méconnus du grand public, à l’image des dimensions politique et sociale que revêtait la cathédrale pour l’évêque et pour la ville.
Avec la présentation d’une œuvre architecturale hors norme, cette conférence se voulait également un voyage passionnant au sein d’un Moyen Age où les valeurs associées au travail témoignaient d’une conception très noble de l’art de bâtir.

François ICHER, Inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional en histoire-géographie, docteur en histoire, agrégé en histoire-géographie, chercheur associé au CNRS

François ICHER est un historien spécialiste du Moyen Age et du compagnonnage en particulier.
Il intervient régulièrement dans des émissions de radio (France Culture, RFI…) et de télévision (Arte, France télévision…) et de nombreux colloques et séminaires pour évoquer les questions liées à la transmission des savoirs à travers le modèle du compagnonnage.

Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages dont plusieurs ont fait l’objet de traductions dans des pays aussi divers que l’Allemagne, les Etats-Unis ou le Japon. 
On citera, entre autres publications, Les compagnons du tour de France (La Martinière), Les compagnons ou l’amour de la belle ouvrage (Gallimard), Les Œuvriers des cathédrales (grand prix du livre d’art religieux au salon du livre de Paris 2000), Le dictionnaire du Compagnonnage (Desclee de Brouwer), La sagesse des artisans (La Martinière), La société médiévale (Seuil) ou bien encore sa participation à la rédaction de l’encyclopédie scientifique Les lieux de savoir dont les deux premiers tomes sont parus aux éditions Albin Michel-CNRS. 
Il collabore actuellement à la réalisation (en qualité de conseiller historique) d’un film documentaire sur Notre-Dame de Paris.

Le bouddhisme face aux enjeux du monde contemporain

Le 4 mai 2019, dans le cadre des rencontres « Enjeux et perspectives », l’ancien Grand Maître Alain Graesel recevait Madame Françoise Bonardel pour une conférence ayant pour thème « Le bouddhisme face aux enjeux du monde contemporain ». Interrogée par Alain Graesel, puis par l’auditoire, Madame Bonardel a passionné tout le monde par son érudition et par sa capacité à expliquer en termes simples toute la richesse de la pensée bouddhiste.

Elle a dédicacé ses œuvres, qui étaient disponibles au « Comptoir du livre », à l’issue de la conférence.

De Mozart à Berlioz, François-Joseph Gossec (1734-1829)

Conférence de Madame Monique Dautremer

La dernière conférence publique de notre année de travail 2018-2019 proposée par la RL n°1 Saint Jean d’Ecosse, Mère Loge Ecossaise de Marseille a permit d’aborder, au travers du personnage de François-Joseph Gossec (compositeur et musicien français), la très forte perméabilité entre les trois éléments déterminants de son époque : l’Histoire, la musique et la franc-maçonnerie.

C’est ce que Monique Dautemer, musicologue, s’est attachée à transmettre à un public captivé, au travers de son exposé très largement illustré d’extraits musicaux.

Né en 1734 et mort en 1829, François-Joseph Gossec aura vécu 95 ans, traversant les grands évènements historiques qui jalonnèrent cette période troublée bien que foisonnante d’idéaux, passant de l’Ancien Régime à la Révolution, de la Terreur à l’Empire et à la Restauration sous laquelle il s’éteindra.

Musicien prolixe et de génie, il composa cinquante symphonies, nombre d’opéras et d’hymnes ainsi que de nombreuses œuvres pendant la Révolution.

Personnage atypique et extraordinaire, l’histoire ne retenu pourtant pas son nom au même niveau que les autres grands musiciens de son époque (Mozart, Beethoven, Haydn) ce que nous pouvons que regretter tant la magnificence de ce grand compositeur était connue et reconnue de son temps.

Il nous reste alors, à souhaiter que sa musique, somptueuse et humaniste, rejoigne les vibrations sonores des murs de nos Temples afin d’accompagner nos égrégores, ce que nous devons à sa postérité.

François-Joseph Gossec, par Antoine Vestier

Soigner par la musique

Conférence de Monsieur Pierre Lemarquis

Le samedi 9 mars 2019, la R∴L∴ n°1 Saint Jean d’Écosse, Mère Loge Écossaise de Marseille, a proposé une conférence publique intitulée « Soigner par la musique, histoire et hypothèses » donnée par M. Pierre Lemarquis, neurologue.

Le conférencier a ainsi littéralement embarqué un auditoire de près de 400 participants, dans une féérie de références artistiques, spirituelles et scientifiques avec comme fil rouge le tableau de Hans Holbein le Jeune : « Les ambassadeurs ».

Les ambassadeurs

Ce tableau extraordinaire, détricoté pour l’occasion, démontre l’immense importance de la musique, considérée à l’égale des autres sciences (formant le quadrivium avec l’astronomie, l’arithmétique et la géométrie – en témoignent les objets scientifiques ornant l’étagère).

Et si le Graal était une musique ? Peut-être aurait-elle alors le son du Big Bang originel, créateur du ciel puis de la terre, de l’esprit éternel puis de la matière, ordonnant le Tout par énergie, fréquences et vibrations.

Il n’est que de voir la démonstration éloquente des grains de sable s’ordonnant méthodiquement en formes géométriques parfaites en fonction de la fréquence de son émise, pour se laisser convaincre par la force de persuasion d’un conférencier passionnant.

Une soirée terminée magnifiquement au son festif du quintet de jazz « la Bande à Bruzzo » !

Rêvons de changer le monde

La Grande Loge de France invitait ce soir là, 9 février 2019, Marek Halter, et Hassen Chalghoumi, l’imam de Drancy, à échanger avec l’ancien Grand Maitre Alain-Noël Dubart. Plus de 400 personnes avaient pris place dans le grand temple et, malheureusement, près de 200 autres n’ont pas pu être accueillies.

Marek Halter, romancier juif prolixe et populaire qui a consacré toute sa vie, avec son épouse Clara, à œuvrer pour la paix, au service de laquelle Il a mené un combat incessant au Proche-Orient et défendu la liberté d’expression partout où elle était combattue.

Hassen Chalghoumi, responsable associatif et religieux, connu comme l’imam de Drancy, également fervent partisan d’un dialogue inter-religieux, particulièrement entre islam et judaïsme.

Alain-Noël Dubart, ancien Grand Maitre de la Grande Loge de France, porteur de la haute aspiration humaniste qui est celle de la Grande Loge de France, dans un monde qui tend à perdre ses valeurs et ses repères.

Conscients de la nécessité de construire des relations pacifiées entre les peuples de la Terre, relations propres à construire un monde à venir résolument tourné vers l’humain, les conférenciers exposeront en quoi et comment cette exigence de Fraternité, à laquelle aspire chaque Franc-maçon, est d’une brûlante actualité.

Dans le respect de notre attachement à la laïcité et des approches religieuses respectives il était donc question de paix et d’amour, autour de cet impératif  évocateur : « rêvons de changer le monde ! »

La soirée se termina par un grand diner au cours duquel les conférenciers purent continuer à répondre aux nombreuses questions et dédicacer leurs ouvrages.

La Provence du 8 février 2019

Cette conférence a fait l’objet d’un post sur la communauté Facebook «Parlez-moi d’un livre».